Flint et Fury – vers 1900

Texte écrit par M. Dodd :

Border terriers des fitz savimeFlint a été perdu un mois de Janvier, par un temps exécrable, en compagnie d’un jeune chien. Ils sont partis à la chasse au lapin pour leur propre compte et n’ont jamais été vu ou entendu à nouveau. Ils ont dû suivre quelque renard sous terre et ont été incapables de ressortir. Des amis et beaucoup d’autres personnes ont fouillé toute la région pour les retrouver. Croyant qu’un aboiement avait été entendu dans un trou, des bonnes volontés se sont mises à creuser. Après avoir travaillé quelques heures et fait un trou assez ouvert, il a été constaté qu’il y avait un espace assez grand pour qu’un homme puisse ramper pendant trente ou quarante mètres mais ensuite, le trou était trop étroit pour aller plus loin. La tâche a été considérée sans espoir. Mais est-ce que les chiens étaient dans ce trou-là ou non, cela reste un mystère. Le lendemain cependant, quand les chiens de meute sont passés à nouveau à proximité de ce trou, un renard a été trouvé, blessé par morsure et presque mort.

Flint était un merveilleux chien de travail. Il avait un nez splendide, et n’a jamais manqué de retrouver un renard sous les rochers ou dans un tunnel de mousse. Bien qu’on ne lui ait pas souvent demandé d’aller sous terre au cours des deux dernières années de sa vie, il était toujours prêt si on le souhaitait.

En une occasion, une meute avait « marqué » un trou ; un chien a été mis dedans, a fait sortir un renard et l’a tué après une courte poursuite.

Nous sommes ensuite allés couvrir un autre terrier, à environ 300 mètres du premier trou. Après l’avoir trouvé vide, Flint a disparu et on a pensé qu’il était retourné au premier trou. Nous nous sommes précipités là-bas mais nous l’avons rencontré sur le chemin, et son attitude montrait qu’il avait tué un renard. Les chiens de meute ont pisté sur une ligne, vers le bas de la colline, mais ont perdu la trace ensuite. Nous n’arrivions pas à comprendre ce qu’il s’était passé, jusqu’à ce que la femme d’un berger vivant à proximité vienne vers nous et nous raconte que Flint avait fait sortir un autre renard du trou après notre passage, l’a coursé vers le bas de la colline et l’a attrapé dans un trou d’eau profond. La femme avait récupéré le renard chez elle.

A une autre occasion, près de la gare de Deadwater, Flint a fait sortir un renard que les chiens de meute ont attrapé presque aussitôt, et, après examen, il a été constaté que ce renard avait été presque étranglé par Flint. C’était un beau mâle pesant environ 8 kg. Ce jour-là, les chiens de meute ont marqué un autre renard dans un trou, à quelques centaines de mètres, et Flint a été mis dedans à nouveau : mais le renard ne voulait pas sortir, donc nous nous sommes mis à creuser – on pourrait dire à faire du terrassement. Quand nous sommes arrivés au renard, on a constaté qu’il était blessé (un autre mâle magnifique de plus de 8 kg)

De nombreux autres exemples du bon travail de Flint pourraient être cités, mais ceux-ci suffisent à montrer ce qu’il était. Il a remporté plus de prix que n’importe quel Border Terrier ait jamais eu, il était un chien indispensable à la chasse et un compagnon magnifique.

Fury était une très belle chienne, et les rares fois où elle a été essayée au travail, elle s’est très bien comportée ; mais comme l’homme qui la gardait pour moi l’avait toujours avec lui, elle n’a pas eu beaucoup d’occasions. Elle a élevé de très bons chiots, et l’un de ses fils a fini premier à l’exposition de Jedburgh et second à Newcastleton en 1902.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *