Peinture « Earth stopper » de 1750

Cette peinture d’Arthur Wentworth, appelée « Earth stopper (déterreur) de la meute de Tufnell Joliffe », a été créée vers le milieu du XVIIIe siècle, avant d’être publiée comme gravure et éditée par trois fois, la première fois en 1767, la deuxième fois en 1794 et la troisième fois, elle a été utilisée pour illustrer la revue « sports ruraux » de William Daniel, en 1807.
Arthur Wentworth est représenté monté sur un ancien modèle de poney robuste, bien couvert pour lutter contre le froid d’une nuit d’hiver. Il porte une bêche placée sous un bras et une pioche dans sa ceinture. Une faible lumière émane de la lampe qu’il tient dans sa main gauche chaudement couverte par des mitaines. De son chapeau plat à ses bottes robustes, Arthur Wentworth est peu différent des hommes de terrier et des « déterreurs » qui lui ont succédé.
Aux pieds du poney se trouvent deux terriers. De la même race, un peu haut sur patte, de longueur modérément soutenue, avec de larges et fortes têtes, oreilles tombantes sombres, bonnes épaules plutôt identiques à celle des chiens courants, poitrines profondes, reins solides, arrière-trains racés et les queues épaisses et non écourtées. L’un, plus grand que son compagnon, est unicolore avec des oreilles noires. L’autre est plus sombre, mais pas noir, d’un motif typique de marquage « fauve » sur la tête, les pattes et le dessous du corps. Les deux ont des manteaux résistants aux conditions météorologiques rudes et apparemment le poil dur, et ils pourraient figurer parmi les Border Terriers modernes, soit au travail soit sur un ring d’exposition, sans avoir l’air du tout déplacé.
Les chiens de la meute de Tufnell Joliffe chassaient dans une région à l’est du Yorkshire, ce qui n’est pas à plus d’une centaine de miles de la zone où le Border Terrier est originaire. Mais même ainsi, il serait présomptueux de prétendre que ces deux terriers étaient des Border Terriers. Il suffit de dire qu’ils sont du type même qui existe encore chez le Border Terrier actuel, probablement des ancêtres de cette race.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *